Comment surmonter la fatigue mentale due au confinement ?

Updated: May 7

Dans le contexte actuel de confinement, le sentiment de fatigue que nous pouvons ressentir est susceptible d’être lié à la charge mentale associée à l’épidémie de COVID-19, plutôt qu’à une cause purement physique. Cet état de fatigue mentale peut se manifester de différentes façons comme des changements d’humeur, des sensations d’épuisement ou de manque d’énergie, et ainsi favoriser l’apparition de comportements sédentaires avec pour conséquences une augmentation des risques métaboliques (surpoids), cardiovasculaires (hypertension artérielle), locomoteurs (déconditionnement musculaire), mais également une augmentation des troubles psychiques (anxiété). Afin de prévenir ou surmonter cet état de fatigue mentale et traverser le mieux possible cette période difficile, nous vous proposons quelques conseils pratiques.



Une période nécessaire d'adaptation et de transition


Lorsque nous réalisons des changements de vie majeurs (entrée à l'université, déménagement dans un nouveau pays, par exemple), une période d'adaptation et de transition est toujours nécessaire. La crise sanitaire actuelle et le confinement imposé impliquent également de s’adapter à un nouveau mode de vie. Cela prend du temps et se déroule en plusieurs étapes :

  • Une première semaine d'adaptation consiste à se désengager de nos anciennes routines et de travailler à en établir de nouvelles, jusqu’à la mise en place d’un environnement plus stable et prévisible. Durant cette phase, nous pouvons nous sentir faible, mais il s’agit d’une étape normale d’adaptation.

  • Une période plus difficile à vivre, environ trois semaines après le début du confinement, survient quand nous avons le sentiment que la situation de confinement est permanente. Durant cette période, nous pouvons brusquement ressentir une forme de mélancolie et subir une baisse de moral importante.

  • A la vue des facteurs de stress causées par la situation, l'adaptation fonctionnelle complète intervient environ trois mois après le début du confinement.

Pour garder le moral, organisez votre journée et fixez-vous des objectifs


Pour éviter une dérive des sentiments de faiblesse et de démotivation, il est important d'établir une structure claire à votre journée. Cette organisation vous permet de prendre le contrôle de votre journée et de prévenir l'accumulation de « temps mort » qui pourrait vous inciter à penser à la situation d’« emprisonnement » dans laquelle nous nous trouvons. Donc, même si faire la grasse matinée peut vous paraitre bénéfique, il reste préférable, pour préserver votre moral, d’organiser vos journées et d’avoir des objectifs clairs :

  • De manière générale, il convient de bien délimiter les plages horaires consacrées au travail et de limiter l’empiétement de ces horaires avec ceux consacrés à la vie privée. Il est donc particulièrement important de planifier correctement d’éventuelles séances de travail par visioconférence, et de limiter leur fréquence et leur durée, de manière à trouver un équilibre entre efficacité de travail et gestion de la charge mentale.

  • Il est également important de réduire le temps passé devant les écrans en dehors des heures de travail (jeux, réseaux sociaux, informations à la TV, par exemple) et de réserver du temps pour des activités récréatives en famille, ou alors en ligne avec vos proches et vos amis. Envisagez la découverte d’activités plus relaxantes, comme la musique, la méditation ou le yoga, qui ont déjà montré leur efficacité pour lutter contre la fatigue mentale.

  • Aussi, en plus d’être un remède efficace contre le stress, l’activité physique est votre allié en cette période de confinement imposé. Si l’exercice physique peut vous fatiguer physiquement, mais temporairement, il réduira efficacement votre sensation de fatigue et améliorera progressivement la qualité de votre sommeil. Si l’évolution de l’état de fatigue mentale a un impact négatif sur votre engagement dans l’activité physique, n’hésitez pas à réduire l’intensité de l’effort que vous avez l’habitude de réaliser. Ce sera de toute façon plus bénéfique qu’une interruption totale des activités physiques.

  • Il est également préférable de se tourner vers l’avenir et se fixer des objectifs. N’hésitez pas à viser une date future de déconfinement, tout en vous préparant à réinitialiser cette date si nécessaire. Être optimiste quant à l'avenir et avoir des projets pour la suite peuvent également vous aider à réduire anxiété et fatigue.



Téléchargez maintenant Neural Up, votre solution anti-stress immersive






Sources :


Cox, R.C., Olatunji, B.O., A systematic review of sleep disturbance in anxiety and related disorders. J Anxiety Disord, 2016;37:104-29.

David A., Pelosi A., McDonald E., et al., Tired, weak, or in need of rest: fatigue among general practice attenders. BMJ, 1990;301(6762):1199‐1202.

Gruet M., Fatigue mentale : un facteur pouvant favoriser les comportements sédentaires en situation de confinement liée à la pandémie de COVID-19. 2020.

Kocalevent R.D., Hinz A., Brähler E., Klapp B.F., Determinants of fatigue and stress. BMC Res Notes, 2011;4:238.

Kuo B.C., Coping, acculturation, and psychological adaptation among migrants: a theoretical and empirical review and synthesis of the literature. Health Psychol Behav Med, 2014;2(1):16‐33.

54 views

©2020 by ICARE SCIENCES